Découvrez Tenerife Autrement


Le Volcan Chinyero fête ses 100 ans !

nov. 19, 2009

Actualisation : février 2017 

 

volcan-chinyero-tenerife-canaries

 Eruption du volcan Chinyero - Tenerife, novembre 1909 (photo d'archive)

 

 

En ce mois de novembre 2009 à Tenerife, on célébre le centenaire de la dernière éruption volcanique de l’île : celle du Volcan Chinyero. De  nombreux actes  commémoratifs  sont  à  l’affiche,  dont  certains  directement  organisés   par les communes de Santiago del Teide et de El Tanque, qui furent les plus directement menacées par les laves.

Au programme : inauguration d’un Centre des Visiteurs sur la commune de Santiago del Teide :  « La Casa del Patio » (1) , expositions photographiques itinérantes, randonnées pédestres, rénovation de la signalisation des sentiers de la « ruta de los volcanes », conférences, et toute une panoplie de manifestations qui culmineront par la célébration  du VIème Congrès International « Villes et Volcans »  (Cities on Volcanoes), rencontre parmi les plus importantes de la planète sur la gestion des risques volcaniques dans les territoires fortement peuplés) du 31 mai au 4 juin 2010 à Puerto de la Cruz. 

 (1) 2016 -  La Casa del Patio est devenue La Casona del Patio, les lieux n'abritent plus le Centre des Visiteurs du Chinyero. Vous trouverez le nouvel espace qui lui est dédié à  l'entrée de Santiago del Teide sur votre droite en venant depuis le sud... sur vorre  gauche à la sortie du village en arrivant depuis le nord.

 


eruption_volcan-chinyero-tenerife-canaries

 Eruption du volcan Chinyero - 1909 (photo d'archive)

volcan-chinyero-randonnée-tenerife-canaries

Balade de fin du jour, dans les coulées de laves du volcan Chinyero

 

“Il  était  environ 14h30… J’étais  en train  de tailler une pièce de bois quand j’ai senti la terre trembler sous mes pieds… puis j’ai entendu comme un cri strident, j’ai levé les yeux au ciel croyant qu’il s’agissait d’un vol de pigeons… à ce moment la hache a commencé à tressauter seule contre le bois… des bergers de Las Manchas sont arrivés en nous criant « allons-nous en, c’est pas bon signe ! »… et juste à ce moment là, le volcan a explosé ! Des graviers brûlants ont commencé à nous tomber dessus, et nous sommes partis en courant!"

Ce que José Hernandez Lorenzo, habitant de San José de Los Llanos vient de vivre, ce sont les premières minutes d’une éruption qui va durer une dizaine de jours, du 18 au 28 novembre 1909, modifiant le paysage environnant que vont parcourir d’énormes coulées de laves incandescentes, causant panique et fascination parmi la population locale et bien au-delà. Elle laissera une profonde empreinte enveloppée de traditions et de légendes qui perdurent de nos jours, dans les villages de l’Ouest de l'Île.

Ce fut aussi, une fois la frayeur passée et toutes proportions gardées, la première "attraction touristique" liée au volcanisme de l'histoire de Tenerife !

 

 
volcan-chinyero-eruption-tenerife-canaries

Naissance du volcan Chinyero - 1909 (photo d'archive)

volcan-chinyero-randonnée-tenerife-canaries

 Le volcan Chinyero aujourd'hui

 

Le « Diario de Tenerife », organe de presse de l’époque, reflète dans son édition du 19 novembre 1909 la confusion totale sur le lieu exact de l’éruption (il faut imaginer les voies de communication terrestres du début du XXème siècle dans le relief montagneux de l’île), ainsi que le désarroi des villageois, exprimé entre les lignes des télégrammes adressés au Gouverneur de Santa Cruz (Capitale de la Province) par les maires des village environnants.

A 23h20, un télégramme du maire d’Icod confirme que toute la population de la Vallée de Santiago del Teide, d’Araguayo et de Tamaimo a déserté les lieux, fuyant vers la côte. Dans la précipitation, les portes des habitations sont restées ouvertes, les animaux abandonnés, livrés à eux-mêmes…

De l'autre côté de la dorsale de Abeque, sur la côte nord-ouest, la panique s'est également emparée des habitants de Garachico, de Los Silos, de Buenavista : la mémoire collective se souvient de l'éruption de mai 1706, lorsque les laves du Volcan Trevejo engloutirent en une seule journée le port alors florissant de Garachico... l'Histoire serait elle entrain de se répéter ?! Les 2 volcans sont en effet trés proches l'un de l'autre !

 

 
eruption-volcan-garachico-tenerife-canaries

Les laves du volcan Trevejo pénètrent dans Garachico  (mai 1706)

 

En ces premières années du XXème siècle, tous les villages  ne possédent pas de moyen de communication aussi « modernes » que le télégramme. Les nouvelles vont donc également circuler grâce aux vaillantes palomas mensajeras  (pigeons voyageurs) dont l’élevage est une tradition sur Tenerife. Afin de rendre hommage à la force de leurs petites ailes, à leur instinct et à leur protagonisme salué dans tous les récits de l’époque durant ces jours dramatiques, un lâcher de « palomas » a eu  lieu ce 18 novembre, depuis le cratère du Volcan Chinyero.

 

La colombophilie : une vielle tradition à Tenerife

 

Chronique d'une éruption

 

Du 18 au 28 novembre, le Volcan Chinyero déverse des milliers de tonnes de laves incandescentes sur hauteurs de Santiago del Teide. Néanmoins, comme nous le verrons ci-après, il n’en n’est pas à un miracle près…  

La peur de tout perdre chez les habitants modestes des villages environnants s’accroit en parallèle à la curiosité des milieux universitaires et scientifiques de la capitale insulaire, de l’Espagne péninsulaire, et même au-delà : arrivée dès les premiers jours sur le site, (cocorico!) la maison de production cinématographique française Gaumont (que nous avons relancée mais qui sait plus ce qu’il est advenu de la bobine…) sera la première non seulement à filmer l’évènement, mais à filmer tout court, les premières images de Tenerife : nous en sommes en cette année 1909 aux balbutiements du « cinématographe » !

Afin de comprendre un tel engouement pour cette grosse colère du Volcan Chinyero, il faut sans doute aller chercher une amorce d’explication dans le contexte “catastrophique” de ce début du XXème siècle :

 

Eruption de la Montagne Pelée - 1902

 

Le 8 mai 1902, en moins de temps qu’il ne faut pour le narrer, le Volcan de la Montagne Pelée, en Martinique, détruit entièrement la ville de Saint Pierre, faisant quelques 26.000 morts.

Le 18 avril 1906, un monstrueux tremblement de terre réduit à un tas de décombres rien moins que la ville de San Francisco, USA : un gigantesque incendie se déclare, qui vient parachever la tâche destructrice.

 

Messine - 1908

 

Novembre 1908, la nuit est tombée sur la ville de Messine en Sicile. En quelques secondes, la ville va être dévastée par un tremblement de terre qui reste l’un des plus meurtriers enregistrés en Europe : 150.000 morts.

Un an plus tard, l’annonce soudaine d’une éruption sur l’île de Tenerife, lointaine province de l’Espagne voisine, a sans nul doute, vu de loin, fait craindre le pire.

 

volcan-chinyero-randonnée-tenerife-canaries    

Volcan Chinyero, vue du cratère - Photo L.Roussel

 

Le 23 novembre, le terrible « serpent de laves » avance sur 3 fronts, menaçant au tout premier plan les villages de las Manchas, Tamaimo et Valle de Arriba.

En désespoir de cause, les habitants du plateau de Santiago partent en procession vers l’énorme coulée qui les menace : ceux de Valle de Arriba derrière l’image sainte du « Señor del Valle », ceux de Tamaimo, derrière « Santa Ana ».

 

Et le miracle fut !

 

Procession commémorative au volcan Chinyero dans les années 1930

 

Sur le plateau de Los Baldíos, comme en témoigne aujourd’hui un petit mémorial, la coulée de laves incandescente s’arrête net devant la procession : les villages sont sauvés ! Il n’en fallait pas plus pour marquer profondément les esprits de l’époque, et faire de cet instant un des évènements parmi les plus marquants de l’histoire contemporaine de l’Ouest de Tenerife.

Au deuxième jour de l’éruption, alors qu’une aide massive arrive par voie maritime depuis la capitale, et au vu des difficultés à atteindre les zones sinistrées, les plus hautes instances ordonnent la construction du premier réseau routier permettant de faciliter les communications dans le sud-ouest de l’île, particulièrement isolé à cette époque.

Nous avons évoqué en début d’article le rôle fondamental  joué par les pigeons voyageurs dans la circulation de l’information durant cette crise volcanique. Conséquence de ces 10 jours forts en émotions, c’est une gigantesque nouveauté qui va bientôt venir révolutionner la vie quotidienne «tinerfeña» : l’apparition du téléphone !

100 ans plus tard, en ce mois de novembre 2009, les pèlerins ont repris leurs bâtons afin de commémorer la ferveur salvatrice des anciens, et s’en sont allés par les sentiers, Santa Ana ouvrant la marche, prier et festoyer là haut, au pied du mémorial qui veille au grain, entre laves et amandiers.

 

Procession commémorative du centenaire de l'éruption - 2009

 

Tous mes remerciements au Colectivo Arguayo, pour tant de récits, textes, et investigations patiemment engrangés, qu’ils nous ont fait partager à l’occasion de ce Centenaire, et tout spécialement à Enrique Pérez Alegría, pour ses interventions, exposés, et pour son amabilité amusée…

Remerciements à Laurence R., pour ses belles photos de nos escapades vers les coulées et le cratère du Chinyero, du temps où il était encore permis d'y accèder.

 

France G.

tenerife.autrement@hotmail.com

 

 

Pour celles et ceux qui lisent l'espagnol, et veulent en savoir plus :

Un Siglo de la Erupción del Volcán Chinyero                                                                                                                                    

Elena Gonzalez - Departamento de Geografía y Ordenación del Territorio,                                                                                               Área de Geografía Física,Geomorfología Territorio y Paisaje en Regiones Volcánicas

https://www.uclm.es/profesorado/egcardenas/chinyero.htm

Erupción de 1909 -  El Chinyero

Natalia Moreda - Acanvol (Asociación Canaria de Volcanología)

http://www.acanvol.org/erupcion-de-1909-el-chinyero/

Palomas mensajeras en Tenerife

http://web.eldia.es/2004-06-24/jornada/jornada18.htmos,%20seg%C3%BAn%20'El%20Tiempo'

 Revista Histórico - Cultural de la Villa de Santiago del Teide , Colectivo Arguayo – 1986

  

 volcan-chinyero-tenerife-canaries 

 

____________________________________________________________________________________________________________________________

Je remercie les auteurs de guides, les agents de voyages, les medias, les journalistes, pour leur passage sur mon site et pour leur intérêt et  souhaite néanmoins rappeler que  citer ses sources reste la base  de l'honnêteté intellectuelle... merci à vous !