Découvrez Tenerife Autrement


Dans la Famille Gallotia : le Lézard de Tenerife

mai 23, 2017

 

  

 

 Lagarto Tizón y Tajinaste - Aquarelle Ana V-2009, Détail.

 

  

Lors de votre séjour à Tenerife, vous le rencontrerez partout : venant chiper un bout de jambon "serrano" jusque dans votre sandwich, se délectant du jus de la pêche que vous lui aurez tendue, disparaissant à la vitesse de l'éclair derrière un pied de vigne, dans la fissure d'un muret , peint sur l'assiette-souvenir à pendre au mur, gravé en pendentif stylisé, sous forme de porte-clé, imprimé sur un T-shirt bariolé.... partout oú l'imaginaire aura trouvé un support afin d' immortaliser ce sympathique petit reptile dont les Canaries regorgent, et qui fait partie de notre environnement animalier quotidien.

Vous le rencontrerez rêvassant au bord de l'océan à l'abri d'une tabaiba. Vous l'apercevrez  sur les mi-hauteurs dans la couronne forestière, vous observant au pied d'un pin, et  vous le reconnaîtrez encore à 3.700m d'altitude, se délectant de la chaleur qu'imprime le soleil aux champs de laves avant la froidure de la nuit : peu de lézards s'adaptent à de telles variations d'altitude.

C'est notre célèbrissime "Lézard de Tenerife", terme générique qui cache en fait une vaste famille, les "Gallotia", laquelle se compose de cousins et de cousines parmi lesquels nous allons tenter d'y voir plus clair, de façon très succinte.

 

 

En vert : expansion de la famille Gallotia depuis le continent africain

 

 

Sommité locale en matière de volcanisme, Juan Carlos Carracedo ne m'en voudra j'espère pas de lui avoir emprunté ce schéma visualisant l'évolution de l'archipel canarien dans le temps, afin d'illustrer mon propos : tout à fait à droite, le continent africain depuis lequel les ancêtres Gallotia ont cinglé vers les premières îles Canaries ayant émergé de l'océan il y a quelques 20 millions d'années : Lanzarote et Fuerteventura.

Il en coûte de l'imaginer, mais voilà nos petits reptiles accrochés à un tronc de palmier en guise de radeau, franchissant les quelques 100kms de bras de mer les séparant des îles orientales venant de naître, et au fil des millions d'années qui suivront, reprenant le large en vue de  coloniser les îles  occidentales apparaissant au fil du temps, jusqu'à l'émergeance de El Hierro, il y a 1 million d'années : plus résistants et aventuriers, tu meurs.

 

 

 

 Lagarto Tizón - Marcapágina&Naturaleza

 

  

Une fois installée sur chacune des Iles Canaries, la famille Gallotia va se ramifier en développant des caractéristiques propres à chaque île voire à différents secteurs d'une même île, créant ainsi des endémismes de grande valeur de par leurs caractéristiques uniques, mais également en raison de leur fragilité dans un monde oú les agressions n'ont cessé de se multiplier à leur égard.

 

La Famille Gallotia de Tenerife

 

Tout au long de quelques millions d'années, la famille va se subdiviser en grands et petits spécimens :

 

"Petite" taille  : Gallotia Galloti

Taille XL : Gallotia Intermedia

Taille XXL : Gallotia Goliath

 

Les deux premières branches de la famille vont atteindre le XXIème siècle, la troisième va s'éteindre en route : sa rencontre avec l'Homme , par le truchement des premiers aborigènes s'installant sur l'Île (environ IV siècles avant JC selon dernières datations) va lui être fatale comme nous le verrons plus tard.

 

I - Les cousins Gallotia Galloti

Ces "petite taille" malgré tout respectable !

 

Ils vont avoir à  coeur de se diversifier, mais limitons nous aux plus visibles et au plus connus.  Mis à part celui qui suit, l'album photo retiendra surtout des portraits de mâles dont les couleurs sont faites pour séduire et attirer l'attention, rendant par là même la distinction plus aisée, alors que la robe des femelles, plus neutre et plus discrète est un atout pour la survie de l'espèce, Madame se fondant avec les nuances de la terre, des minéraux et des végétaux.

 

 

 

Gallotia Galloti Galloti : Lézard Tizón - Femelle ? Jeune ? - Tenerife Autrement

 

 

Le Gallotia Galloti Galloti ou "Lagarto Tizón" (littéralement "tison", morceau de bois brûlé), endémique des îles de Tenerife et de La Palma.

Ainsi nommé en raison de la couleur sombre de la tête et du cou des mâles, reconnaissable également aux belles tâches bleues qui ornent leur peau, il peut atteindre 30cm. Vous les rencontrerez dans le sud/sud-ouest de l'île, ainsi que dans le Parc National du Teide.

 

 

 Gallotia Galloti Galloti : Lézard Tizón Mâle - Photo Noemi Rodríguez

 

 

 

La plupart du temps, cette appelation locale de "Tizón" s'étend par inertie aux 2 autres Gallotia Galloti qui suivent : la population locale et les néophites ne se compliquant pas en de grandes subtilités biologiques. Il n'empêche que ces 2 membres de la famille se différencient du Gallotia Galloti Galloti par leur localisation géographique, nuances de couleurs, etc...

 

Le Gallotia Galloti Eisentrauti

Surnommé localement Lagarto Verdino en raison de ses reflets verts s'ajoutant aux bleus, vous le rencontrerez sur la côte nord de Tenerife. Celui qui suit est en quelque sorte un ami que je croise parfois lors de mes balades dans les environs de mon village, sur la côte nord-ouest. Je ne résiste pas au plaisir de vous le présenter, ainsi que son environnement naturel :

 

 

Gallotia Galloti Eisentrauti : Lagarto Verdino - Photo Tenerife Autrement

   

 

Gallotia Galloti Eisentrauti : Lagarto Verdino - Photo Tenerife Autrement

 

 

 

Le Gallotia Galloti Insulanagae

Cousin de la famille ayant choisi l'exil sur le Roque de Fuera, l'un des deux îlots qui composent la Réserve Naturelle Integrale des  Roque de Anaga, vous ne le verrez donc pas. Il vous reste à imaginer un animal de bonne taille, de couleur obscure, considéré comme presque menacé  donc protégé par la législation au niveau européen, figurant au Catalogue Espagnol des Espèces Menacée rubrique Sensible à l'Alteration de son Habitat, et au Catalogue Canarien des Espèces Protégées niveau Vulnérable. 

 

 

 Gallotia Galloti Insulanagae - Photo Gonzalo Albaladejo Robles

 Gallotia Galloti Insulanagae - Photo Aurélio Martin

 

 Réserve Naturelle Intégrale des Roques de Anaga : 

Un lieu bien exigü où tenter de survivre !

 

 

II- Les cousins Gallotia Intermedia :

des géants fragiles en voie d'extinction

  

Endémiques de l'île de Tenerife, leur découverte est récente, émocionante. Un vrai trésor qui nous parle de ce Temps oú l'être humain n'était qu'un cauchemard à venir sur cette terre de feu et de sel.

Il n'existe que deux colonies vivant isolées en des lieux escarpés au dessus de l'océan , respectivement dans les falaises du Teno et dans le sud de l'île, l'une découverte en 1996, l'autre en 2003.

Le Gallotia Intermedia, populairement appelé Lagarto Moteado (lézard tacheté) ou encore le Lagarto Gigante peut atteindre 50 à 70 cm , et une longévité étonnante, mais sa population se réduit inexorablement , décimée par des prédateurs introduits sur l'île par l'Homme : chats laissés en liberté, chiens, rats qui dévorent les oeufs... et de la pression qu'exercent les humains sur son Habitat :  non respect des délimitations des Espaces Naturels Protégés, non suivi des sentiers, constructions...

 

 

 

 

Gallotia Intermedia Moteado, mâle - Photo Juan José Ramos Melo

 

 

La situation est à ce point critique qu'un "Projet Intermedia" est né afin de d'établir un bilan et de sensibiliser la population à la perte que supposerait la disparition du Lézard Moteado, porté par l'Association Tonina basée dans le sud de l'île, avec la participation de l'ULL (Université de La Laguna), financé par le Species Conservation Fund.

 

 

 

Le 19 mai dernier, une rencontre a été programmée sur le commune d'Arona avec l'intervention de nombreux acteurs penchés telles les Bonnes Fées sur le passé et l'avenir du "Géant" en péril. Tenerife Autrement y était.

 

 

 

III - Le Gallotia Goliath :

ce regretté cousin XXL aujourd'hui disparu

  

 

Géant parmi les géants, le Gallotia Goliath ou Galliota Máxima mériterait un article à lui seul tant sa découverte est passionnante et faite de rebondissements. Sa disparition serait dûe à la restriction de son territoire et à la chasse dont il aurait fait l'objet  à partir du peuplement de l'île par les aborigènes et l'arrivée de leurs animaux domestiques. 

Les restes de squelettes et d'ossements retrouvés entre autre dans les cavités volcaniques ont permi de reconstituer un animal pouvant atteindre 1,50m de long : à défaut de pouvoir le croiser sur votre chemin, il est toujours possible d'aller faire sa connaissance au Musée de la Nature et l'Homme de Santa Cruz de Tenerife, ou au Centre des Visiteurs de la Cueva del Viento à El Amparo, sur la commune d'Icod de los Vinos.

 

 

 

 Gallotia Goliath - Museo de la Naturaleza y el Hombre - Santa Cruz de Tenerife

 

 

  

Tous mes remerciements à mes ami(e)s biologistes pour leur patience face à ma curiosité et à mes questions de néophite, et à ces collectifs qui luttent pour préserver la biodiversité des Canaries envers et contre tous. Merci à tous les passionnés de lézards, à leurs riches publications et  à leurs magnifiques photos.

Ils m'ont donné envie de m'atteler à ce modeste papier, afin de poser enfin des noms et des "visages" sur ce petit univers des Lacertidae de Tenerife.

 

 France G

tenerife.autrement@hotmail.com

 

 

Photo vertebradosibericos.org

 

_______________________________________________________________________________________________________________ 

Je remercie les auteurs de guides, les agents de voyages, les medias, les journalistes...pour leur passage sur mon site et pour leur intérêt, et souhaite néanmoins rappeler que citer ses sources reste la base de l'honnêteté intellectuelle... merci à vous !